Previous Article Next Article HYPOTHYROIDIE : MON EXPÉRIENCE #1
Posted in LIFESTYLE

HYPOTHYROIDIE : MON EXPÉRIENCE #1

HYPOTHYROIDIE : MON EXPÉRIENCE #1 Posted on mai 27, 2020Leave a comment

Avant de commencer cette lecture, sachez une chose : je n’ai pas de remède miracle et je ne suis surtout pas médecin. Je présente ici mon histoire, mais surtout mon ressenti.

Cette « story time » se fera en plusieurs parties.

 

Bonjours à tous,

 

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’un sujet assez complexe, mais utile, puisque je le vis depuis quelques mois maintenant, il s’agit de l’hypothyroïdie.

 

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ?

 

Pour en comprendre davantage, il faut surtout savoir ce qu’est la thyroïde.

La thyroïde est une glande présente en bas du cou et qui entoure l’avant de la trachée. Elle est petite, mais très importante pour le reste du corps, notamment parce qu’elle contribue à la bonne fabrication d’hormones dont nous avons besoin.

Le dysfonctionnement de cette glande signifie (dans les grandes lignes) que les hormones dont notre corps a besoin ne fonctionne pas correctement.

Ce dysfonctionnement peut venir par exemple après une grossesse, ou au moment de la ménopause, et autres.

Mais, elle est également considérée comme une maladie auto-immune, ce qui est mon cas.

On les connaît plus généralement sous les noms d’hypothyroïdie et d’hyperthyroïdie.

Pour ma part, c’est une hypothyroïdie d’Hashimoto (l’hypo auto-immune), c’est-à-dire que ma thyroïde ne produit pas assez d’hormone.

Dans les grandes lignes, les symptômes sont : la fatigue et un manque de concentration, la prise de poids, des humeurs changeantes et plutôt négative, un goitre (le bas du cou gonflé) …

 

Pourquoi ? Comment je l’ai découvert ?

 

La question du « Pourquoi » sera toujours un mystère, puisqu’elle est considérée comme auto-immune. « Faute à pas de chance » dirait-on.

Personnellement, ça a été un hasard : une prise de sang de routine. Sauf que dans mon cas, ça a été les montagnes russes.

Tout d’abord, il faut savoir que les « normes » du taux de TSH (l’indicateur principal) pour les hormones thyroïdiennes, est entre 0,5 et 5 mUI/l, le taux varie en fonction des médecins et des labos mais c’est ces tranches-là.

Ma première prise de sang a montré une TSH à 0,010, ce qui est quand même très bas. Mon médecin m’a donc parlé pour la première fois de l’hyperthyroïdie. Sur le coup, je n’ai pas trop compris, puisque les symptômes n’étaient pas mon quotidien (palpitation, amaigrissement – loin de là – hyperémotivité …), et puis les choses ont été très vite, surtout lorsque j’ai entendu le mot « nodules ». Je t’avoue qu’à 24 ans, entendre ces mots, ça fait quelque chose, même si malheureusement des personnes vivent des choses encore plus horribles et avec un plus jeune âge.

Trois semaines après, plus une échographie qui confirmait la non-présence de nodule et la présence d’un goitre, et une nouvelle prise de sang, encore un coup : mon taux de TSH est monté à 60,1 (ceci n’est pas une faute de frappe). Je vois encore la tête de mon médecin me dire « je n’ai jamais vu ça ! ». Faut que ça tombe sur Bibi …

L’hypothyroïdie d’Hashimoto est donc confirmée.

Et puis les choses sont devenues de plus en plus logiques : la fatigue, le poids, mes humeurs, les changements de ma peau … On se dit toujours « je suis comme ça, je n’y peux rien », mais en fin de compte, ces choses ont une raison.

Maintenant, il faut assimiler cette phrase : « c’est à vie ».

Le traitement est à vie, le contrôle est à vie, les symptômes sont à vie (cette dernière phrase est mon opinion).

Bien évidemment, c’est contraignant mais pas un « drame ». J’ai très vite appris à travers mes expériences, et surtout dans la sante, qu’il y a toujours plus grave dans la vie. Quand j’expose aux gens les problèmes que j’ai pu avoir dans ma jeunesse (encore une fois contraignant, mais pas une fatalité), et aujourd’hui, mais que je leur explique qu’il y a toujours plus grave dans la vie, ils ne comprennent pas, mais c’est mon avis.

Voilà pour la première partie de mon expérience avec l’hypothyroïdie. N’hésitez pas à partager en commentaire ou alors sur mon compte Instagram votre avis mais surtout votre histoire à vous !

 

À très vite !

Aurélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *